Modifs : septembre 2017

E-came à le plaisir de vous offrir TOUS les conseils pour réussir la partie pratique de l’examen du permis de conduire.

 

0 – Ne vous rendez pas sur le site de l’examen en conduisant. Laisser votre accompagnateur conduire. Dès l'arrivée sur le site, faites vos propres réglages.
Rejoignez l'inspecteur avec votre accompagnateur et présentez-vous tous les deux.

L'examen commence dès que vous montez dans le véhicule avec l'inspecteur.

Check-list avant départ, à formuler à haute et intelligible voie pour montrer à l'inspecteur que vous connaissez parfaitement l’ordre de réglage au poste de conduite.
Ce check-list vous le connaissez par cœur puisse avant chaque leçon de conduite avec votre accompagnateur, vous l'avez rabâchez :

A - siège réglé, dossier, volant, appuie-tête puis rétroviseurs intérieur extérieurs.

B - ma ceinture et celle des passagers.

C – portières fermées.

D – « Contact » sans allumage de voyants rouges (ceinture de sécurité, portière ouverte...) sauf frein à main.

Rappel : Siège réglé en hauteur pour un regard au niveau du centre du pare brise ; dos au fond du siège.
Siège réglé en profondeur par rapport à l'embrayage - Débrayer jambe légèrement fléchie talon au sol puis embrayer talon toujours au sol.
Réglage de la profondeur et la hauteur du volant : en tendant mes bras au dessus de mon volant, mes poignets doivent être à hauteur de la couronne du volant.
Réglage rétroviseur intérieur : sans poser les doigts sur la surface vitrée, je fais apparaître le bas de la vitre à l'arrière sur le bas de mon rétroviseur intérieur.
Réglage rétroviseurs extérieurs: la poignée de la portière arrière doit apparaître dans l'angle bas intérieur de mon rétroviseur.
Vérifier que la ceinture n'est pas vrillée, que la partie abdominale horizontale est tendue. Régler-là en hauteur, pour qu'elle arrive à hauteur de votre épaule, bien à plat tout le long de votre corps.

¤

1 - Il est tout à fait normal d'appréhender cet examen. Même stressé, essayez de donner une impression de concentration sans paraître trop tendu. Veillez à être dynamique au volant, sans trop d’excès. L’inspecteur doit se sentir en sécurité. Il vérifie que vous maîtrisez votre véhicule et que vous adaptez votre comportement en fonctions des situations de conduite rencontrées.

¤

2 - N’oubliez pas d’allumer vos feux selon les circonstances météorologiques et sous les tunnels. Le fait que l’inspecteur intervienne sur les commandes est mauvais signe mais, selon les circonstances, ce n'est pas dramatique.

¤

3 - Quoi qu’il arrive, rester combatif et garder votre sang-froid. Il arrive fréquemment que certains candidats, déstabilisés par une remarque de l’inspecteur ou par une de leurs erreurs, pensent à tort qu’ils seront ajournés. C’est généralement l’attitude et les erreurs qui suivent cette interprétation qui font ajourner le candidat. Gardez toujours un mental de gagnant !

¤

4 - Vous savez conduire. Il n’y a donc pas de raison que vous ratiez votre examen, surtout que vous conduisez le même véhicule depuis plusieurs mois.
Contrairement aux auto-écoles, vous avez l'avantage de ne pas être déstabilisé du fait que vous ne conduisez pas votre voiture préférée ce jour-là. Pas d’adaptation pour la conduite d'une autre voiture que celle utilisée habituellement et pour les questions de vérifications du véhicule, ayez donc confiance en vous.
Relâchez les tensions, les muscles du cou et du dos. Détendez-vous en assouplissant vos articulations.

¤

5 - Ne vous laissez pas déstabiliser par l'inspecteur. Différents les uns des autres, vous pouvez tout à fait tomber sur quelqu’un de froid, qui aura la remarque sèche facile. Certains inspecteurs, même si cela est rare, testent votre sang-froid et vérifient que vous ne vous laissez pas déstabiliser facilement. Il arrive aussi que vous ayez à faire à un inspecteur chaleureux et volubile. Certains discutent volontiers avec votre accompagnateur, parfois presque sans discontinuer. Si bien que vous pourriez presque croire que l’on ne s’occupe plus de vous ; terrible erreur ! À la moindre faute, l’inspecteur la remarquera, même si vous pensez qu’il a la tête ailleurs. Ne vous laissez pas, là encore, déconcentrer par le fil de la discussion et n’y prenez surtout pas part.

¤

6 - Restez concentré jusqu’à la toute fin de l’épreuve. Pensez simplement à votre conduite et montrez ce que vous savez faire. Ne vous relâchez surtout pas lorsque vous voyez que vous êtes sur le chemin du retour et que vous allez bientôt arriver. Le fait de vouloir vous presser et l’enthousiasme d’en finir enfin avec l’épreuve peut s’avérer fatal. Comme vous serez normalement irréprochable sur votre façon de maîtriser le véhicule – ce que l’on appelle la mécanique du véhicule – les principaux points sur lesquels vous devrez vous concentrer pendant l’épreuve concernent votre environnement de conduite.

¤

7 - Les contrôles. L’inspecteur vérifiera avant tout que vous mettez tout en œuvre pour assurer votre sécurité et celle des autres. Pensez aux éventuels motos ou vélos qui peuvent jalonner votre route et s’engouffrer dans votre angle mort, sans que vous vous en aperceviez, et restez vigilant. Contrôlez :

  • rétro intérieur avant de ralentir ou freiner ; pour doser mon freinage en fonction de l'usager qui me suit.
  • rétros intérieur et latéraux régulièrement. Une phase d'accélération ou une ligne droite ne dispensent pas d’effectuer les contrôles pour s'assurer que personne ne dépasse. Avant d’actionner un clignotant, je contrôle par le rétroviseur intérieur en premier, puis latéral correspondant.
  • angles morts en tournant la tête avant d’opérer tout changement de direction : virage à droite ou à gauche, rond-point, insertion sur l’autoroute ou le périphérique, flèches de rabattement, départ d’un stationnement, rencontre d’une voie d’insertion à droite sur une autoroute ou sur le périphérique, ou manœuvre quelle qu’elle soit.

Lorsque l’inspecteur vous demande de tourner à la prochaine intersection, veillez donc à avoir les réflexes de vérifier que la signalisation vous autorise à prendre cette intersection, sinon prendre la suivante, de contrôler en premier avec votre rétroviseur intérieur, puis latéral correspondant et enfin l’angle mort avant d’actionner votre clignotant et de tourner votre volant ; ON CONTROLE AVANT DE SIGNALER.

¤

8 - Votre inspecteur sera inflexible sur la vitesse. Il est si vite arrivé de rater un panneau qui limite la vitesse à 30 km/h quand les conditions ont l’air requises pour rouler à 50… Essayez d’être tout à fait synchronisé avec les panneaux. Commencez à ralentir à la vue du panneau 30 pour arriver à 30 km/h à hauteur du panneau sans freiner.
Ne soyez pas tenté de rouler à plus de 50 km/h en agglomération, même si vous vous faites dépasser par d’autres automobilistes pressés. Veillez à être vigilant sur une belle ligne droite.
Soyez intraitable sur les sorties d’autoroute où la vitesse doit être ralentie rapidement au bon rapport ; ne ralentissez pas pour autant tant que vous n’êtes pas sur la voie de décélération.
N’oubliez pas qu’en tant qu’apprenti conducteur, vous devez respecter, lors de l’examen, les vitesses suivantes :
- 80 km/h au lieu de 90 km/h sur les routes hors agglomération à double sens sans terre-plein central,
- 100 km/h au lieu de 110 km/h sur les routes hors agglomérations à double sens avec terre-plein central, et sur les voies d’autoroutes limitées à 110 km/h,
- 110 km/h au lieu de 130 km/h sur les voies d’autoroutes limitées à 130 km/h si les conditions météorologique sont bonnes.
Bien évidemment, les autres indications de vitesses maximales autorisées sont à respecter à la lettre : zone de rencontre à 20 km/h, 50 km/h en agglomération, limitation temporaire à 70 km/h...
Attention : si d’ordinaire la première vitesse sert uniquement à démarrer pour enclencher rapidement la deuxième vitesse, il arrive que l’on se serve de la première vitesse pour rouler. Veillez donc à rétrograder en première dite « roulante » ou « synchro » lorsque :

  • vous vous préparez à entrer dans un parking,
  • vous circulez dans un parking,
  • la direction vers laquelle vous vous engagez est trop étroite ou présente un manque de visibilité.

¤

9 - Les priorités :

- à droite pour certains carrefours, voir ronds-points... Même si vous connaissez le parcours, montrez à l’inspecteur que vous êtes vigilant en ralentissant lorsque vous arrivez à une intersection, à moins qu’il soit très clair que vous êtes prioritaire à l’avance (marquage en ligne continue indiquant un Stop, panneau Stop très visible, panneau de route prioritaire rencontré précédemment sur votre route…).

- à gauche sur la plupart des ronds-points dits giratoires. À l’approche du rond-point, veillez à rétrograder en seconde, et observez rapidement votre environnement. Comme la priorité est donnée aux véhicules circulant déjà sur le giratoire, laissez-les impérativement passer, de même que tout véhicule qui serait en vue sur une des voies se situant à votre gauche !
N’oubliez pas de repartir de façon énergique, dès que vous avez le champ libre.

- priorité piétons. Il vous faut ralentir, voire vous arrêter suivant la proximité de votre véhicule avec un éventuel piéton. Faites bien attention aux passages pour piétons, mais aussi à ce qu’il se passe sur les trottoirs. Vous pourrez ainsi déceler un comportement à risque avec des animaux errants, des enfants, ou des personnes ayant une trajectoire aléatoire et pouvant débouler en dehors des endroits qui leur sont réservés. Il est possible qu’un véhicule stationné et de grand gabarit, comme un camion, cache un piéton qui s’apprête à traverser. N’hésitez pas à ralentir lorsque vous arrivez devant une telle configuration.

¤

10 - Le placement. Certains aménagements comportent énormément d’informations quant au marquage au sol, en particulier dans les grandes agglomérations. Veillez à les repérer à l’avance pour ne pas vous laisser surprendre. Écoutez attentivement les directives de votre inspecteur pour rechercher immédiatement comment vous placer et où vous diriger. Une vitesse modérée vous permettra d’appréhender sereinement les indices pour vous placer correctement, notamment lorsque plusieurs files de circulation s’offrent à vous.

¤

11 – Les manœuvres. Inutile de vous stresser à outrance pour les manœuvres. On ne vous en voudra pas si vous vous y reprenez en plusieurs fois. L’essentiel est de réaliser la manœuvre en assurant la sécurité à bord (clignotant au plus tôt avant la manœuvre, contrôles derrière et autour du véhicule) en ayant des gestes assurés, et en finissant par effectuer la manœuvre correctement.

Le stationnement est jugé correct dès lors que les conditions suivantes sont réunies :
- l’ensemble du véhicule est à l’intérieur de l’emplacement, garé le plus droit possible. On ne vous en voudra pas si vous êtes légèrement de biais du moment que votre véhicule ne dépasse pas les limites du marquage ;
- les distances de sécurité sont respectées :

  • latéralement pour les rangements en batailles ou en épis. En général, on doit pouvoir ouvrir la portière des deux côtés sans être gêné,
  • devant et derrière pour un rangement en créneau. Veillez à laisser un espace suffisant entre votre voiture et celle de devant, de façon à pouvoir lire sans problème la plaque d’immatriculation de cette dernière,

- le véhicule n’est pas monté sur un trottoir.
- les roues sont droites.

À la fin de la manœuvre, n’oubliez pas de mettre la voiture au point mort et d’enclencher le frein à main.

Si vous devez effectuer un rangement en épis en marche avant à côté d’un véhicule, privilégiez une place où :

  • il reste une place vide à votre gauche lorsqu’il s’agit de rangements en épis à gauche de la chaussée ;
  • il reste une place vide à votre droite lorsqu’il s’agit de rangements en épis à droite de la chaussée. De cette façon, vous aurez une meilleure visibilité au moment de repartir en marche arrière.

N'hésitez pas à commenter cet article afin de partager vos propres conseils ou de poser des questions sur la situation abordée.

Grille d'évaluation de l'examen en format PDF.

Blog et vidéos pour réussir le permis de conduire avec les bons gestes :

E-came.fr vous présente les 100 questions officielles relatives aux vérifications intérieures du véhicule

et une vidéo pour les vérifications extérieures.